L'EMPORTE-VOIX - Portel des Corbières (11) - 2011/2012



Le parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée donne carte blanche à l'Eléphant vert dans le cadre de ses archives du sensibles*.



elephantvert portel

Rencontre avec un territoire :
Comment trouver la voie, quand on est « gens d’ailleurs », artistes ambulants de passage, et transformer nos impressions candides en proposition artistique, sensible et authentique ?
Fin 2011, sept femmes se sont prêtées au jeu de l’interview. Elles nous ont confié leurs voix, leurs mots, leurs émotions, leurs regards sur le village, …
Grâce à l’équipe pédagogique de l’école, nous avons également pu rencontrer une classe de l’école du village.
Ces voix ont été des fenêtres ouvertes sur Portel.

Cette restitution, sous forme de dédale de voix, était une promenade à l’écoute des portes du village ou comment une porte, seuil entre l’espace public et l’espace privé peut aussi être une frontière : est-il si facile de la passer ?
Restitution artistique, qui n'a vécu que le temps du 1er avril 2012 (sans poisson mais avec escargots).

La parole nécessite d’ouvrir la bouche, la rencontre demande qu’on ouvre la porte.

ELEPHANT

ELEPHANT

* Les archives du sensibles du PNR : Conduites sur le territoire du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, Les Archives du sensible (ADS) ont pour but de recueillir les paroles vives de ceux qui, habitant le territoire
autant qu’habités par lui, sont les figures détentrices de savoirs individuels ou collectifs qui ont constitué l’identité du territoire : pêcheurs des lagunes, chasseurs de gibier d’eau, viticulteurs des Corbières,
ouvriers des salins…
Véritables arpenteurs de mémoire, les membres de l’équipe des ADS explorent, restituent et transmettent par une production éditoriale féconde et multi support (écrit, son et image),
les richesses d’un patrimoine matériel et immatériel, afin de porter un regard neuf, créateur de sens, sur le territoire. Le patrimoine n’est pas figé, il se réinvente jour après jour…
http://www.parc-naturel-narbonnaise.fr/




CRITIQUE DE SYLVIE T., SPECTACTRICE DE L'EMPORTE VOIX DE PORTEL-DES-CORBIERES, le 1er avril 2012

"Milieu d’après-midi, déjà estival. A travers les vignes je glisse sur le ruban goudronné vers Portel des Corbières.
Pour entendre des voix ouvrir les portes de la mémoire d’un village, rendez-vous est donné salle Chantefutur, voilà qui est déjà réjouissant.
elephantvert portel4 En haut de l’escalier, on entre dans les voix comme on entre dans la mer. Voix chaleureuses et animées qui suggèrent davantage une fête de famille qu’un regroupement d’avant spectacle. A elles se mêlent d’autres voix, pour l’heure sans corps visible, fragments d’enregistrements réalisés au fil des mois 2011 par la compagnie L’éléphant vert auprès d’habitants du village. Ces personnes de tous âges qui habitent une porte racontent ce qu’évoque pour eux ce mot. Le nom de PORTEL a pour origine le mot latin "Portelus" (petite porte) en raison de l'étroite ouverture rocheuse par où s'écoule la Berre dans la plaine vers les étangs, et qu'enjambe le pont de Tamaroque.Les voix d’enfants en disent bien davantage que les voix plus adultes sur cette notion, et avec quelle richesse d’entendement !
Les stars d’un jour ont traversé plus de quatre vingt printemps mais ont l’énergie de la sève en cette saison. « Vous me vieillissez ! » reproche malicieusement l’une d’entre elles à la personne venue lui proposer une chaise.

Marion Thiba prévient : « il ne s’agit pas d’un spectacle mais d’une expérience. L’expérience, le mouvement même de la vie.» Me voilà de plus en plus réjouie. « Il est habituel de protéger le patrimoine matériel, mais il existe aussi un patrimoine immatériel dont la mémoire fait partie », précise MarionThiba qui depuis longtemps en prend soin. « La compagnie L’éléphant vert nous propose aujourd’hui une action artistique de conservation de ce patrimoine immatériel.»
L’expérience se déroulera en deux temps : dans la pénombre d’une salle aux fenêtres obturées pour nous aider « à mettre nos yeux dans nos oreilles », nous écouterons d’abord un montage de dix minutes réalisé à partir d’interviews d’habitants de Portel. S’en suivra une déambulation dans le village mise en forme comme une succession collective d’oreille collée aux portes grâce à un « capteur de sons » permettant de saisir des bribes de conversations privées qui se tiennent derrière les portes closes.

elephantvert portel5

 

                                                                                                    repérés !

 elephantvert portel2
elephantvert portel7 Au détour d’une rue, à un premier étage, la présence remplace l’enregistrement, le cadre d’une fenêtre pour cadre de scène. Quel dommage que cela n’arrive qu’une fois au fil du parcours !  
Au cours de ces deux temps se dit et se raconte l’Histoire du village à travers des histoires et des anecdotes personnelles que la mémoire réactive. Histoires individuelles, histoires et Histoires collectives. Bonheur de l’avoir vue, une fois dans sa vie, d’avoir été là quand La Berre eut son lit à sec – très beau moment, la présence d’une comédienne sur le bord de la rivière donnant corps à cette voix qui ouvre la porte d’un jardin secret.  Avoir aimé son travail d’employée de la poste, avoir su atténuer l’impact d’une nouvelle quand celle qu’on apportait était mauvaise. Avoir participé au mouvement collectif de création d’une coopérative viticole. A 11 ans prévenir la maîtresse qu’on manquerait l’école pour aider à la vigne.        « Maintenant, les jeunes ils n’y vont plus à la vigne, non, ils n’y vont plus. »
Se dit aussi l’histoire en construction en évoquant les perceptions et les réactions personnelles confrontées à l’évolution du village : anciens et nouveaux habitants, besoin et non besoin des petits commerces en disparition. « On vit mieux maintenant, mais je préférais la vie d’avant » regrette dans un enregistrement une habitante ancienne. elephantvert portel6
elephantvert portel8 elephantvert portel9
L’expérience est probante, émouvante et précieuse. Je la perçois comme un très beau point de départ à une démarche qu’il serait important, voire vital, de développer et d’enrichir, puis de colporter dans d’autres villages. Ouvrir les portes du passé pour mieux entrer dans l’avenir en se tenant sur le seuil du présent."
elephantvert portel3 elephantvert portel1
Une partie des voix de Portel-des-Corbières ... Dégustation d'escargots à la Catalane,
préparés le matin même avec Augustine

elephantvert portel11

 



Un CD des voix du village a été créé et envoyé à toutes les protagonistes de cette balade sonore.
Ce CD ainsi que le dossier présentant le projet est disponible sur simple demande.
 
 
 
Suite à ce 1er avril, nous avons le désir de poursuivre cette démarche en milieu rural, en proposant ce projet à d’autres structures
 
 
 
 
 
 






Distribution :
Direction artistique, conception, recueil de paroles, écriture théâtre et son : Claire Madelénat et Pierre Delosme
Interprètes : Claude Lecat, Claire Madelénat et Pierre Delosme
avec les voix de :  Augustine Combres, Henriette et Thérèse Marty, Rose Peynabère, Yolande Berger, Christine Fuster, Réguy, les enfants de la classe de CE2/CM1 de l’école de Portel-des-Corbières
Régie son balade : Daniel Bardou
Mastering :  Ali Laouamen - Studio Koala
Administration: Sonia Mondon

Régie balade: Elsa Cordier
Régie baladeCommunication/Régie balade : Claire GABRIEL

elephantvert portel10

elephantvert portel12


















CE QUI S'EST PASSÉ EN 2011...


Temps 1 – Première rencontre

Nous avons, le 8 juin 2011, rencontré quatre personnes à Portel-des-Corbières :
Rémi né ici, mais à qui certains ont dit : tu n’es plus d’ici puisque tu en es parti pendant trente ans.
Thérèse qui ne vit ici que depuis 40 ans… Yolande, notre guide, ici depuis 7 ans, « une étrangère », qui œuvre pour le village,
Réguy, ici depuis 10 ans, et de claironner une devise locale : « Portel,  petit village, grand bordel ! »
Ici, c’est donc Portel, la porte des cols des Corbières, la petite porte incontournable pour accéder…
Et qui dit porte, dit seuil, passage, d’un territoire à l’autre, …
Suite à notre première rencontre, nous avons lu les documents édités et mis à disposition par le PNR
(chasseurs, pêcheurs, viticulteurs, ouvriers des salins, artistes plasticiens, etc…). Après cette « mise en bouche »,
la parole des femmes nous a manqué. Nous sommes partis donc sur l’idée d’interwiewer des femmes de Portel,
et fidèles à notre sensibilité de Cie de rue nous avons cédé au plaisir de présenter la restitution future en déambulation,
de porte en porte. Etre en mouvement dans le village (et non statique dans une salle) créer une circulation, un flux.
Ce choix permet en autres, de rencontrer la population, d’établir des contacts, de communiquer autour de l’événement à venir.
Tel a été notre postulat de départ.

 


Temps 2 – Recueil de paroles
Nous, gens d’ailleurs, dont la mission est de trouver ici une source, nous avons essayé d’absorber, comme des éponges,
les mémoires, les sensations, les émotions aux seuils des portes, entre le privé et le public.
Nous sommes revenus 4 fois (6 jours) afin d’enregistrer 7 femmes (Augustine Combres 88 ans ancienne factrice née à Portel,
Christine Fuster la soixantaine  viticulteur née à Portel, Thérèse Marty la soixantaine arrivée à 19 ans, Yolande Berger la soixantaine
arrivée à Portel pour sa retraite, Reguy la soixantaine artiste installée depuis 11 ans, Henriette 91 ans et Rose sa sœur 89 ans, nées
à Portel) ainsi que la classe de CE2/CM2 de l’Ecole primaire. La parole des enfants nous a semblé déterminante pour nous propulser
dans un présent voire un avenir.
Nous sommes partis sur une présentation de leur situation d’appartenance vis à vis de Portel (suite au questionnement que nous a
occasionné les présentations des personnes lors du 8 juin :  Thérèse qui ne vit ici « que » depuis 40 ans… Yolande, notre guide, ici
depuis 7 ans, « une étrangère ». Rémi né ici, mais à qui certains ont dit : tu n’es « plus d’ici puisque tu en es parti pendant trente ans » .
Pourquoi vivent-ils à Portel, qu’aiment-ils de Portel, quel avenir lui souhaitent-ils, que leur évoquait le mot porte, qu’avaient-ils à nous
raconter de leur vie à Portel, quelles anecdotes, et pour finir une proposition de recette culinaire.
























 

 

 

 

 

 

L'Eléphant vert - Compagnie théâtre de rue/street theatre / Arts de la rue